Contre l'état d'urgence, pour les libertés !

mep

Alain Moyne-Bressand

  • Phone number: +33140637565
  • National party: Union pour un Mouvement Populaire
  • Country:

Get more info…

or

Add a widget on your website

Call for free

If you want to call for free, you must provide us with your phone number (the PiPhone will call that number to initiate the communication).

Starting with your country code, without the initial 0

Call at your expense

If you don't want to call for free, here is the number of the current MEP (you can either dial it from your phone or push the button if any VoIP client is installed on your device.

☎ 0033140637565

Feedback

You are calling: Alain Moyne-Bressand ( FR - )

Please take a second to give us your feedback.

Were you able to reach somebody or not? How long did the conversation last? What information did you get?

Rejoignez le mouvement pour les libertés, contre l'état d'urgence et la régression démocratique !


APPELEZ VOS DÉPUTÉS POUR LES CONVAINCRE DE VOTER

CONTRE LA RÉFORME CONSTITUTIONNELLE ET LES LOIS DE RÉFORME PÉNALE !


L’inclusion de l’état d’urgence et de la déchéance de nationalité dans la constitution romprait avec les fondements de la démocratie.

Les lois associées à l’état d’urgence et le projet de loi prétendant « renforcer la lutte contre la criminalité organisée » sont un pas de plus vers un état policier.

En invoquant la guerre totale, le gouvernement a choisi de nous installer dans un régime de peur et de mobilisation sécuritaire permanente.

Un état d'exception permanente ?

le principe d'un état d'urgence constitutionnalisé et extensible à chaque nouvelle déclaration, sur le meme modèle que ce qui a été fait en novembre : en période de stress et d'émotion, le gouvernement pourra faire élargir les pouvoirs de la police et des préfets.

Depuis le 13 novembre 2015, perquisitions à toute heure, assignations à résidence, interdictions de rassemblemnt et de manifestation font reculer les libertés en France. Loin de lutter contre le risque terroriste, ces mesures fragilisent la justice et la séparation des pouvoirs, et instaurent un climat de peur permanent.

Refusons l'état d'exception comme mode de gouvernement !



La déchéance de nationalité est une mesure symbolique et assumée comme telle par le gouvernement : il s'agit de refuser d'admettre que notre société a produit ceux qui cherchent à la détruire.

Cet aveuglement et cette logique de division entre français ne peut que mettre en danger la cohésion de la société française.

Refusons la citoyenneté à deux vitesses !


Brique par brique, une dérive vers un état policier

Le projet de réforme de la procédure pénale inscrit dans la loi plusieurs mesures de l'état d'urgence, au mépris du droit commun et de la protection des citoyens.

Écartement du juge judiciaire, renforcement des pouvoirs du préfet et de la police, atteintes aux droits fondamentaux etc. Il donne également à la police l'accès à plusieurs techniques intrusives du Renseignement, accélérant la dérive observée depuis plusieurs années vers une surveillance de plus en plus accrue des citoyens.

Refusons la dérive sécuritaire du gouvernement qui fait peser sur l'ensemble des citoyens
son incapacité à agir sur les causes du risque terroriste !


Conseils généraux à l'utilisation du Piphone :
  •  Avant tout, renseignez-vous sur le sujet en lisant nos documents clés.
  •  Soyez poli et restez vous-même. Quoi qu'il arrive, n'oubliez pas les règles basiques de politesse et de bon sens. Que vous soyez d'accord ou non avec votre interlocuteur et quelles que soient les opinions des autres membres de son groupe politique, ne donnez pas une mauvaise image des gens qui défendent la même cause que vous.
  •  La plupart du temps, vous échangerez avec un assistant parlementaire, et pas directement avec l'élu. Ce n'est pas un problème. Engagez la conversation : les assistants jouent un rôle important dans la construction des positions des élus.
  •  Si votre interlocuteur vous pose une question à laquelle vous ne pouvez pas répondre, ne paniquez pas. Personne n'attend de vous que vos soyez un expert : vous êtes simplement un citoyen inquiet. Dans ce cas, dites à votre interlocuteur que vous allez vous renseigner, et rappellerez avec la réponse. N'hésitez pas à nous demander de vous aider.
  •  Si vous ne vous sentez toujours pas familier avec les arguments, ce n'est pas grave : demandez quelle est la position du député et quels sont ses arguments. 
  •  Lors de vos appels, n'hésitez pas à proposer de rappeler pour offrir plus d'informations, de rencontrer le député, d'envoyer des documents, des références, etc. Parfois, l'assistant vous demandera d'envoyer un email. N'hésitez pas à rappeler un peu plus tard pour vérifier qu'il en a pris connaissance et lui demander son avis.

Email 
Si vous n'êtes pas à l'aise avec le téléphone, vous pouvez aussi contacter vos élus par email. Leurs adresses sont disponibles sur notre wiki.

Certaines personnes proposent parfois des outils pour envoyer des emails génériques à tous les députés. Nous pensons que ces emails sont inutiles, voire contre-productifs. Les députés et leurs assistants savent aussi bien que vous utiliser des filtres anti-spam, et ces messages finissent rapidement dans leur corbeille. Les emails génériques donnent l'impression que vous n'accordez pas suffisamment d'importance au sujet pour prendre le temps d'envoyer un message personnalisé, et ne reflètent même pas le nombre de personnes s'impliquant (une seule personne peut envoyer le même message plusieurs fois). Pire, ces emails augmentent le risque que les élus ne lisent plus les messages personnalisés concernant ce sujet, et finalement desservent votre action. Si vous souhaitez vraiment ajouter votre nom à un texte déjà écrit, vous feriez mieux de signer une pétition.

La meilleure solution est d'envoyer un email reflétant votre propre approche et vos connaissances du sujet (souvenez-vous : personne n'attend de vous que vous soyez un expert, seulement un citoyen concerné) et, si possible, adapté aux positions du groupe de l'élu.

Privacy Policy